Luis Bruni & Pascale Coquigny  Luis Bruni et Pascale Coquigny




 L’Académie Esprit Tango
 Les pratiques
 Cours et stages de Pascale Coquigny et Luis Bruni
 Tous les cours de l’Académie
 Contact
 Lettre d’information



 Luis Bruni
 Pascale Coquigny
 Maestros


Priorités de l’enseignement - Tango Fusion - Technique de saut - Travail chorégraphique


El Pibe Palermo - El Turco Jose - La milonga « traspié » - Les piliers du tango - Liens - Murga portègne


Vidéo « Two for tango »


El Farolito (France) - Ouest France - Delo (Slovénie) - Explore Dance (USA) - El Tangauta - Elle - Elle à Paris - Guide Balado - Juste Debout - La Salida (France) - Libération - Tango Noticias (USA) - Toutango

 

English

 

La milonga « traspié »

Qu’est ce que la milonga « traspié » ?

Parmi les façons de danser la milonga on trouve la milonga « traspié » C’est une milonga où le danseur joue avec la musique entre temps et contretemps, retrouvant ainsi l’essence même de la milonga : son rythme de base qui est le candombé, un rythme noir de la région du Rio de la Plata.

Il est important de faire remarquer qu’il existe différents types de milonga : la milonga campera, la milonga candombera ou candobeada et la milonga porteña. Tous ces styles de milonga ne peuvent pas se danser en style « traspié », en particulier les milongas lentes car leur rythme ne permet pas d’effectuer le « traspié ». Il faut des milongas avec un rythme marqué, rapide ou moyennement rapide et possédant une cadence.

Le « traspié » est une manière d’interpréter la musique de la milonga qui garde dans ses mouvements, la poésie, le rythme et la grâce d’origine noire. Ce jeu musical naît dans le corps des danseurs, et le mouvement subtil des pieds est une réponse au rythme des corps.

Contrairement à ce que pensent et font beaucoup de personnes lorsqu’elles essayent de danser la milonga « traspié », ce ne sont pas les pieds mais le corps qui génère le « traspié ». Ne faut pas confondre avec les petits mouvements de pieds que l’on exécute dans le tango et d’autres types de milonga. Si musicalement le « traspié » est un double temps ; il a quelque chose de plus, un style de mouvement, une poésie qui le différencie du jeu de pied d’un double temps.

Lorsque le danseur marque l’accent musical au sol, on parle de milonga « traspié ». Quand le danseur marque l’accent musical en l’air, on parle de milonga traspié « falsetti ». Ces deux variantes de milonga « traspié » sont souvent confondues parce qu’elles se ressemblent parfois visuellement, mais elles sont en réalité différentes car elles font appel aux deux formes possibles d’accentuation du mouvement en accord avec la musique : au sol et en l’air.

Je remercie mes maîtres qui m’ont enseigné l’essence de ce rythme. C’est Nelly, l’épouse del Turco José, qui m’a fait découvrir cette manière de marcher subtilement d’une façon cadencée et posée. C’est à José Maria Bana, El Pibe Palermo, que je dois les « compadradas » et une façon bien particulière de bouger le corps dans la milonga. Quant à Tommy O’Connel, maître incontesté dans la milonga traspié « falsetti », il m’a fait découvrir les subtilités et les différences des deux styles de milonga : « traspié » et « traspié falsetti ».

Luis Bruni

 

Print    Top