Luis Bruni & Pascale Coquigny  Luis Bruni et Pascale Coquigny




 L’Académie Esprit Tango
 Les pratiques
 Cours et stages de Pascale Coquigny et Luis Bruni
 Tous les cours de l’Académie
 Contact
 Lettre d’information



 Luis Bruni
 Pascale Coquigny
 Maestros


Priorités de l’enseignement - Tango Fusion - Technique de saut - Travail chorégraphique


El Pibe Palermo - El Turco Jose - La milonga « traspié » - Les piliers du tango - Liens - Murga portègne


Vidéo « Two for tango »


El Farolito (France) - Ouest France - Delo (Slovénie) - Explore Dance (USA) - El Tangauta - Elle - Elle à Paris - Guide Balado - Juste Debout - La Salida (France) - Libération - Tango Noticias (USA) - Toutango

 

English

 

La Salida (France)

Interview de Pascale Coquigny & Luis Bruni pour le magazine français la Salida n°41 décembre/janvier 2004 consacré à Francisco Canaro.

Luis Bruni et Pascale Coquigny sont un jeune couple de danseurs installés à Paris. S’ils s’intéressent aux aspects novateurs du tango, ils n’en oublient pas pour autant les racines et effectuent des recherches approfondies sur les origines du tango et particulièrement sur la milonga candombéada.

Quelles sont les spécificités de Canaro dans la valse, le tango et la milonga ?

(JPEG)
Luis Bruni & El Pibe Palermo

Les milongas et les valses sont excellentes pour danser. Elles traduisent parfaitement l’esprit de Buenos-Aires. Elles incitent le danseur à s’exprimer par leurs accents prononcés. Canaro avec son rythme carré incite à marquer les temps forts à terre.

En quoi sa musique est-elle différente ou analogue à celle des autres compositeurs de son époque ?

Firpo et Canaro sont les premiers à créer un style bien clair. Avant eux, tous les orchestres de tango jouaient de façon identique et ne se différenciaient que par les thèmes qu’il interprétaitent. Les autres compositeurs de la même période imitaient plutôt le style de Canaro ou Firpo. Canaro, avec son esprit conservateur, se reconnaît à son rythme exagérément carré et à ses mélodies très simples. Il ne se préoccupait pas de faire des arrangements très élaborés comme Firpo. Sa popularité a été comparable à celle de d’Arienzo, grâce à ses compositions spécialement destinées à un public de danseurs.

Utilisez vous la musique de Canaro dans vos cours et pourquoi ?

Nous utilisons particulièrement les milongas lentes de la fin des années 20, de Canaro avec les débutants car le rythme est clair et continu. Les temps bien marqués sont presque comme les pulsations d’un cœur, cela a quelque chose d’organique, et donc de rassurant. Paradoxalement, il est beaucoup plus facile pour un débutant d’appréhender le rythme par la milonga, plutôt que par le tango dans lequel il peut y avoir des arrêts assez déroutants.

Quels sont les rapports de la musique de Canaro avec la milonga candombéada ?

(JPEG)
Pascale Coquigny &
Luis Bruni

Dans les milongas de Canaro on reconnaît clairement le rythme candombe, les racines noires on reconnaît la percussion, beaucoup plus que dans les autres orchestres de l’époque. Même dans certains tangos de Canaro, en écoutant la contrebasse on retrouve ce rythme de base. Avec Firpo par exemple c’est beaucoup moins évident. On a beaucoup travaillé les thème de Canaro avec el Pibe Palermo, surtout les milongas, notamment « la milonga sentimental » de Piana. Même s’il en n’est pas l’auteur, l’interprétation qu’en a faite Canaro est excellente et marque un tournant dans la façon de jouer ce type de musique. C’est la milonga porteña par excellence. Avant les milongas étaient de style campera ou orillera plus rapide. Sur cette milonga el Pibe Palermo pouvait « negrear », c’est à dire adopter les mouvements corporels qu’il avait appris des noirs dans le quartier de Palermo.

Y a t’il une façon particulière de danser Canaro ?

Nous avons eu la chance de rencontrer des représentants encore vivants d’une époque qui est morte tant au niveau danse qu’au niveau musique : Carmencita Calderon et El Pibe Palermo, ainsi que Carlito Albornos. Certes ces danseurs accentuaient les temps forts au sol mais d’une façon non mécanique. Et surtout ils jouaient entre les temps avec des boléos très rapides ou au contraire avec des mouvements en rétention corporelle. On peut d’ailleurs se rendre compte en regardant les vieux films que si l’ensemble des danseurs populaires dansent sur la structure très carrée caractéristique, les danseurs qui se détachent du lot, jouent avec plus avec ce qui est écrit entre les lignes, qu’avec ce qui est annoncé de façon évidente. Il ne faut pas rester prisonnier du rythme « évident » mais au contraire danser dans l’espace libre laissé par Canaro. Le danseur est un interprète de la musique, c’est un musicien supplémentaire qui doit rajouter sa mélodie et son rythme personnel, en s’appuyant sur la structure très carrée caractéristique de Canaro. S’il n’entre pas dans ce jeu, les musiques de Canaro deviennent très vite monotones.

En conclusion quel est pour vous l’apport de Canaro au tango ? :

(JPEG)
Luis Bruni &
El Pibe Palermo

Beaucoup ! c’est un personnage très complet, il équilibrait la partie artistique et la partie commerciale. Il était un représentant d’un peuple, et pour cela il n’avait pas besoin d’être un grand musicien, il reproduisait ce qu’il entendait dans la rue, l’atmosphère et les sons de son époque, et c’est pourquoi, le peuple s’est reconnu en lui. C’était également un impresario, et il est le premier à s’être battu pour que les auteurs soient payés pour leur composition. Il a d’ailleurs créé la première société de droits d’auteurs argentine (SADAIC) et a trouvé l’immeuble pour l’abriter, même si on raconte que Canaro, auteur très prolifique, doit bon nombre de ses compositions à des rencontres de bistrot auxquelles il rachetait leurs œuvres moyennant quelques tournées... Ceci explique peut-être le manque d’unité de style dans l’ensemble de sa production... Il a fait presque 60 ans de carrière. Après avoir travaillé dans l’orchestre de Greco, et en être parti, étant un musicien sans technique exceptionnelle, Greco ne le mettait pas en valeur, il a préféré créer son propre orchestre... Il a toujours voué une grande admiration à Firpo. Ces deux auteurs ont marqué leur époque.

Pierre Lehagre

 

Print    Top