Luis Bruni & Pascale Coquigny  Luis Bruni et Pascale Coquigny




 L’Académie Esprit Tango
 Les pratiques
 Cours et stages de Pascale Coquigny et Luis Bruni
 Tous les cours de l’Académie
 Contact
 Lettre d’information



 Luis Bruni
 Pascale Coquigny
 Maestros


Priorités de l’enseignement - Tango Fusion - Technique de saut - Travail chorégraphique


El Pibe Palermo - El Turco Jose - La milonga « traspié » - Les piliers du tango - Liens - Murga portègne


Vidéo « Two for tango »


El Farolito (France) - Ouest France - Delo (Slovénie) - Explore Dance (USA) - El Tangauta - Elle - Elle à Paris - Guide Balado - Juste Debout - La Salida (France) - Libération - Tango Noticias (USA) - Toutango

 

English

 

El Tangauta

Le célèbre magazine de Buenos Aires El Tangauta évoque dans son numéro de mars 2005 les particularités de l’enseignement du tango proposé par Luis Bruni et Pascale Coquigny. (Version originale en espagnol)

Les différents moyens de transmission

FRANCE

Effet de leur rencontre dans la milonga Niño Bien, Luis Bruni (argentin) et Pascale Coguigny (française) se sont installés à Paris en 2001. « Cela n’a pas été facile. Il a fallu commencer à zéro, nous n’avions aucun contact, mais peu à peu les choses ont changé, au point qu’aujourd’hui nous sommes l’un des couples de danseurs les plus réputés de Paris », déclare Bruni à El Tangauta. Luis faisait partie du corps d’enseignants du Grupo Graciela González et travaillait comme danseur classique au Teatro Argentina de La Plata. Pascale venait de s’installer à Buenos Aires, après avoir quitté le Canada où elle donnait des cours de langues et de tango pour enfants.

(JPEG)

Ils sont, tous deux, des pédagogues nés. Leur formation auprès de Graciela Gonzáles, « Pupi » Castello, le « Turco » José de Villa Urquiza y du Pibe Palermo, leur a permis d’acquérir une grande variété des moyens à transmettre. Pour eux l’enseignement est un véritable défi : « Donner des cours nous oblige à nous remettre en question et changer constamment », explique Luis. Il ajoute « Garder l’attention du groupe est difficile, mais le plus important est de ne pas les décevoir une fois que leur attention nous est acquise ».

Bruni et Coquigny défendent l’idée d’un meilleur équilibre dans le couple, qui donne à la femme un rôle plus actif que celui qui lui est habituellement réservé. « Nous inculquons l’écoute mutuelle pour que la femme puisse répondre, suggérer, et influencer les mouvements du cavalier », ajoute Luis, « Notre but final est que les élèves se sentent libres, qu’ils aient la capacité de jouer sans angoisse ».

On évoque le « tango fusion » sur leur site Internet (www.luisbruni.com). Explication de Luis : « Il s’agit d’une méthode de travail corporel que j’ai créée pour prendre conscience du corps de l’autre et de son propre corps ».Sur le site Web, un secteur est consacré à la « murga porteña », utilisée par Luis et Pascale comme complément pédagogique de leur cous : ils utilisent la grosse caisse (bombo murguero), pour développer le sens du rythme, travailler la relation au sol et acquérir une plus grande désinhibition du corps.

Nous avons demandé à Luis de nous raconter une anecdote drôle de sa vie de professeur. « Un jour, nous dit-il, je corrige la position du corps d’un élève et lui suggère de s’étirer. Pour qu’il puisse comprendre la sensation d’élongation, je tire ses cheveux au sommet de sa tête et je me suis trouvé avec une perruque dans la main... Vous imaginez ? C’était une situation quelque peu embarrassante ».

Luis et Pascale rêvent d’un centre d’études pour les « tangueros » du monde entier, où ils pourront se réunir, étudier et échanger leurs idées. Même si cela semble fou, ils sont confiants dans la réalisation de leur rêve.

Carlos Bevilacqua

 

Print    Top